Auto Finance & entreprise

Découvrir le principe d’un crédit auto

Le crédit auto est comme son nom l’indique un prêt d’argent dont le but est de financer l’achat d’une nouvelle voiture. Le crédit auto est un service qui a un coût associé. Emprunter de l’argent va vous coûter entre 3 et 10% du montant emprunté qui viendront s’additionner au montant total emprunté.

Il faut savoir que le crédit auto est un crédit dit “affecté”, c’est-à-dire que l’argent emprunté ne peut servir qu’à l’achat d’une voiture et à rien d’autre. L’avantage est que si jamais au dernier moment vous avez un problème pour acheter la voiture (le vendeur vous fait défaut par exemple), le crédit sera annulé. Idem si la voiture vous est livrée avec du retard, le remboursement du prêt sera décalé d’autant de temps que la voiture aura du retard.

Comment cela marche ?

Il y a deux éléments à savoir: pour souscrire à un crédit, vous devez définir une durée et une mensualité. Ainsi vous allez vous engager à rembourser le montant de la mensualité pendant xx mois, représentant la durée total du crédit. Le coût du crédit auto dépend de quatre facteurs :

  • Le capital emprunté,
  • La durée du crédit,
  • Le taux d’intérêt,
  • Le coût de l’assurance (optionnel) si vous en prenez une.

Plus les mensualités seront élevées et la période d’emprunt courte et moins le crédit vous coutera cher. Soyez tout de même raisonnable, et prenez des mensualités qui vous permettront de garder à la fin du mois assez d’argent pour bien vivre. Sachez que pour acheter une voiture, vous pouvez emprunter jusqu’à 75 000 euros.

Où souscrire à un crédit auto ?

Vous avez trois possibilités :

  • Chez le concessionnaire auto: c’est une solution pratique car vous souscrivez le crédit auprès de la personne à qui vous achetez la voiture, mais sachez que souvent, ces crédits sont un peu plus chers
  • Chez une banque. Elles ont toutes une offre de crédit, mais souvent ce ne sont pas les meilleures offres du marché…
  • Chez un organisme spécialisé de credit auto comme par exemple Cetelem ou Cofidis. Pour comparer toutes leurs offres en une seule fois et prendre la meilleure, vous pouvez faire appel à notre comparateur de crédit auto.

Les lois régissant le crédit auto

Avant de souscrire à un crédit auto moins cher, il est nécessaire et utile de bien connaître la réglementation, les lois régissantes le crédit auto. Certes, ce n’est pas la chose la plus excitante qu’il soit, mais c’est une sage précaution. Souscrire à un crédit vous engage et implique des obligations de votre part. Si tout se passe bien pour vous, tant mieux rien à redire.

En revanche, si vous êtes en difficulté pour rembourser votre crédit, ce sera trop tard pour vous en préoccuper… Alors prenez un peu de temps pour bien comprendre les lois et la réglementation du crédit auto, et surtout lisez bien votre contrat avant de le signer!

A lire aussi:  La compatibilité des banques en ligne avec Apple Pay

Il y a deux lois à bien connaitre.

La loi Scrivener

La loi Scrivener du 10 janvier 1978 régit le crédit à la consommation. Cette dernière a été reformé en avril 2010 et est entrée en vigueur depuis mai 2011. Cette loi protège les personnes qui souscrivent à un prêt de moins de 75 000 euros avec une période associée de plus de 3 mois.

Que dit-elle ? Elle fait bien préciser avant la signature les éléments essentiels du crédits à contractualiser dans un document appelé offre préalable de crédit, une sorte de devis en fait. Ce document indique les mentions obligatoires suivantes : la date, le bien financé, l’identité des parties et de la caution, le montant du crédit, ainsi que la nature, l’objet, et les modalités du contrat.

Une fois que l’emprunteur a reçu l’offre préalable, il a un délai de réflexion de 15 jours avant de la signer. L’offre est adéquate à la situation et au besoin de l’emprunteur, elle peut alors être signée. A ce moment, la, la loi Scrivener prévoit encore une protection supplémentaire : un délai de rétractation de 14 jours. D’ailleurs, le formulaire de rétractation est inclus dans l’offre préalable de crédit pour vraiment favoriser la rétractation en cas de nécessité.

La loi Neiertz

La loi Neiertz est une loi complémentaire de la loi Scrivener. Elle a été instauré en 1991 pour traiter les problèmes de surendettement des personnes qui ne peuvent plus rembourser leur(s) crédit(s). La loi Neiertz confère plus de responsabilité à l’organisme prêteur qui doit, grâce à cette loi, respecter les taux de référence du crédit, fixes par la Banque de France, et aussi conserver une copie de l’offre préalable de crédit.

Avec cette loi, ont été mis en place des organismes dont la mission est d’aider la résolution des cas de surendettement. Il y a ainsi la commission de surendettement qui doit trouver un accord à l’amiable entre emprunteur et prêteur lors d’un problème de surendettement, par exemple en exemptant l’emprunteur de payer les indemnités sur les remboursements anticipés.

Pour finir, il y a depuis cette loi, un fichier national des incidents de crédit aux particuliers (FICP) qui recense tous les cas de personnes en situation de surendettement pour que tous les organismes de crédit aient connaissances des personnes en situation de difficultés et s’interdisent de leur proposer un crédit supplémentaire pour ne pas aggraver la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *